Cursus Honorum. Le gouvernement de Rome avant César

Immagine: 
Foto di Zeno Colantoni
24/03 - 02/10/2022
Musei Capitolini,
Palazzo dei Conservatori, Sale al piano terra

Quatre voix masculines et une voix féminine évoquent les magistratures de l'âge républicain, révélant l'essence de la vie politique dans la Rome antique au temps de la République.

Fait partie du projet La Roma della Repubblica. Cette exposition se focalise sur les charges publiques des magistrats à l'époque républicaine, le cursus honorum, un aspect fondamental de la vie politique dans la Rome antique.

Les protagonistes de cette histoire sont cinq personnages anonymes représentés par cinq statues qui jouent le rôle de narrateurs exceptionnels: quatre sont des figures masculines à quoi s'ajoute une voix différente, une figure féminine, représentant une réalité autrement absente dans une société inévitablement dominée par les hommes. Leur rôle est de faire découvrir au public des monuments de valeur historique et symbolique qui célèbrent des événements mémorables de la guerre, ainsi que d'autres qui illustrent des rôles liés à l'administration de la ville et à la construction du prestige social des individus et de leurs familles.

Grâce à ces guides spéciaux, les visiteurs pourront découvrir des épisodes de guerre et des conquêtes qui ont marqué des étapes fondamentales dans l'histoire de l'expansion de Rome : un exemple important est la première victoire navale sur la flotte des Carthage dans les eaux de Milazzo, commémorée par la Colonna Rostrata érigée en l'honneur du consul Gaius Duilius.
Cet événement et d'autres sont évoqués par trois statuae en travertin datant du milieu du Ier siècle avant J.-C., déjà présentes à Villa Celimontana, portant le pallium, le manteau porté sur la tunique.

Le ius imaginum, c'est-à-dire le droit de conserver chez soi les portraits des ancêtres pour les exposer lors des funérailles et des grandes occasions publiques, initialement réservé à l'aristocratie et étendu, au IVe siècle avant J.-C., aux membres du tiers état lorsqu'ils avaient accès aux fonctions publiques, est raconté par les célèbres "Togato Barberini". La majestueuse statue de marbre, datable du premier quart du Ier siècle après J.-C., est le témoignage exceptionnel du système de légitimité que les familles au pouvoir mettaient en œuvre, en utilisant la réputation et le prestige de leurs ancêtres.
La voix qui anime la figura fémminile, faisant partie d'un Gruppo funerario con fanciulla, réalisé en marbre de la Lunigiana et datant d'environ la moitié du premier siècle avant J.-C., nous introduit enfin aux monuments funéraires, en particulier aux sarcophages du sepolcro della gens Cornelia, rare exemple archéologique de tombe de famille de l'époque républicaine. L'exposition, le long des routes conduisant hors de Rome, de l'architecture et des peintures des tombeaux des aristocrates était un autre élément du pouvoir obtenu.

L'exposition montre également les caractéristiques de la magistrature romaine: collégiale, et de durée limitée, le plus souvent annuelle. Les magistrats supérieurs – consuls, préteurs, censeurs – étaient élus par les citoyens en fonction de leur richesse, réunis en comices centuriates et distingués par des attributs spéciaux tels que la sedia curule, les faisceau (évoque la Justice, la revendication d'une autorité légitime, la force collective) et une robe à bordure particulière. Ils étaient les seuls à pouvoir célébrer le triomphe.
Les magistrats mineurs – questeurs, les édiles – étaient élus par les citoyens répartis en tribus, réunis en comices tributes. L'ordre de succession des fonctions a été établi au IIe siècle avant J.-C. par une loi qui précisait également l'âge minimum des candidats et le temps qui devait séparer chaque magistrature de la suivante. Les étapes, par ordre croissant, étaient : questeur, tribun de la plèbe, édile, préteur, consul et censeur, auxquels il faut ajouter le pouvoir temporaire et exceptionnel de la dictature.

Avec la naissance de la République, les pouvoirs, auparavant concentrés dans la figure du roi, sont répartis entre le pontifex maximus, qui détient les principales prérogatives religieuses, et les consuls, un couple de magistrats dotés de pouvoirs civils et d'un commandement militaire.
L'accès au cursus honorum exigeait, outre un recensement minimum, la renommée et le prestige des ancêtres: celui qui n'appartenait pas à quelques familles illustres était un "homme nouveau". Les règles d'accès aux magistratures et l'articulation des positions évoluent au cours du temps : l'accès aux principales magistratures (consuls), initialement limité aux membres des familles aristocratiques, est étendu aux membres des classes populaires au IVe siècle avant Jésus-Christ. Alors que le pouvoir de Rome se renforçait, on établit d'autres magistères électifs avec des compétences limitées.

L'exposition utilise exclusivement des œuvres appartenant aux collections Capitolines, dont certaines proviennent de l'exposition permanente de la Centrale Montemartini, tandis que d'autres ne sont pas habituellement exposées. Il s'agissait – selon l'intention de la Direction des Musées et des Musei Capitolini d'organiser des expositions à partir du matériel de ses propres collections – d'une nouvelle occasion de procéder à la conservation, à la restauration et à la mise en valeur d'un patrimoine extrêmement riche qui doit être rendu de plus en plus accessible au public.
C'est dans ce cadre qu'a été mise en place une exposition multimédia intéressante, destinée à permettre aux visiteurs de se rapprocher de sujets complexes et de monuments particuliers, tels que les documents épigraphiques, qui sont des sources historiques directes très importantes qui ne sont pas immédiatement compréhensibles. Enfin, l'exposition constitue une liaison idéale entre l'installation vidéo L'héritage de César et la conquête du temps, visible dans la Sala della Lupa e dei Fasti Antichi du Palazzo dei Conservatori, et l'exposition Roma della Repubblica. Il racconto dell'Archeologia, qui se tiendra prochainement aux Musées du Capitole, Palazzo Caffarelli.

Information

Lieu
Musei Capitolini
, Palazzo dei Conservatori, Sale al piano terra
Horaire

Du 24 mars au 2 octobre 2022
Tous les jours 9.30-19.30
24 et 31 décembre 9.30-14.00
Dernière entrée une heure avant la fermeture
Fermé: 1 Mai

Avant de planifier la visite, CONSULTEZ LA PAGE DES AVIS

Billet d'entrée

L'accès à l'exposition est accordé aux titulaires du billet selon les tarifs en vigueur
Accès gratuit avec la MIC card

Information

060608 tous les jours de 9h à 19h

Le projet d'exposition est promu par
Roma Culture - Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali

Organisation
Zètema Progetto Cultura

Typologie
Exposition|Archéologie
Commissaire
Claudio Parisi Presicce e Isabella Damiani

Eventi correlati

Il n'y a pas des activités en cours.
Il n'y a pas d'activités en programme.
20220421
1010610
Cursus Honorum, copyright Zeno Colantoni
Musei Capitolini
21/04/2022
Didactique pour tous
20220414
1010546
Pasqua nei Musei
Musei in Comune
14/04 - 18/04/2022
Evento